Risques et Catastrophes

Comme défini par la Stratégie Internationale des Nations Unies pour la Réduction des Catastrophes (UNISDR), une catastrophe peut être définie comme une série de perturbations dans le fonctionnement d’une communauté ou une société qui implique pertes  et impact importants en termes humains, matériels, économiques et environnementaux, qui dépasse la capacité des communautés affectées ou des sociétés d’y faire face en utilisant leurs propres ressources. Dans les dernières deux décennies, les sociétés ont pris conscience que les catastrophes peuvent être comprises comme le résultat de processus à long terme par lesquels les risques sont crées des années ou des décennies avant que la catastrophe se manifeste.

Les risques représentent la présence d’éléments vulnérables dans des zones exposées aux dangers. Comme reporté par UNISDR et autres organisations régionales et internationales depuis plus d’une décennie, des tels risques  augmentent à cause de conducteurs de risques sous-jacents tels que le développement économique inégal, un développement urbain et régional mal planifié et mal géré, le déclin des services de régulation de l’écosystème, pauvreté et inégalité, gouvernance faible et capacités locales maigres. 

Cette section contient des informations concernant les définitions basiques et les processus associes à la gestion du risque de catastrophes ainsi que aux urgences et à la gestion des catastrophes, et le rôle des Nations Unies dans ces domaines.

Gestion des catastrophes et interventions d'urgence

Selon UNISDR, la gestion des catastrophes se focalise sur l’organisation et la gestion des ressources et des responsabilités pour répondre à tous les aspects des urgences et des catastrophes, y compris la préparation, la réponse et les étapes initiales de reconstruction. Alors que les urgences sont des événements qui peuvent être gérés avec des ressources locales, les catastrophes sont, par définition, ces événements qui dépassent la capacité des intervenants sur le terrain pour la gestion locale, et par conséquent requièrent l’assistance externe afin d’être gérés. La gestion des urgences et des catastrophes comprend trois types de phases : réponse, réhabilitation et reconstruction. Tandis que les efforts de réponse et de réhabilitation sont conduits dans les jours et les semaines qui suivent l’apparition de la catastrophe, les efforts de reconstruction sont conduits dans les mois et les années successifs et englobent la reconstruction des infrastructures et la restauration des moyens de subsistance.

Prévention des risques de catastrophe

Selon UNISDR, la gestion du risque de catastrophes est le processus systématique d’utilisation de directives administratives, compétences organisatrices et opératives et capacités pour implémenter des stratégies, politiques et faire face avec succès au renforcement des capacités, afin de diminuer les effets néfastes des aléas et la possibilité de catastrophes. Quand efficace, la gestion du risque de catastrophes diminue ou transfert les effets néfastes des aléas à travers activités et mesures liées à la prévention, la mitigation et la préparation.

L’ONU et la gestion des catastrophes

Depuis le début des années 1970, le Nations Unies ont mis à disposition l’assistance humanitaire aux pays affectés par les catastrophes qui ont fait demande officielle de telle assistance. Depuis, le Bureau des Nations Unies pour la Coordination des Affaires Humanitaires (OCHA) a établi une approche structuré qui inclue la mise à disposition d’assistance technique initiale à travers les équipes du Bureau des Nations Unies pour l’Evaluation des Catastrophes et la Coordination (UNDAC), l’établissement de centres sur place de coordination des opérations (OSOCC) quand nécessaire et à travers les groupes sectoriels du OCHA.

L’ONU et la Gestion du Risque de Catastrophes

Depuis le début des années 1990, les Nations Unies ont promu dans le monde entier les efforts pour préconiser l’implémentation des politiques et des mesures visant à la réduction des risques avant que ces risques évoluent dans des catastrophes quand les événements à apparition brutale tels que les tremblements de terre et les événements à apparition progressive tels que les sécheresses impactent les communautés vulnerables. Le cadre actuel pour la réduction du risque de catastrophes est appelé le Cadre d'action de Hyogo pour 2005-2015 (HFA) et souligne cinq zones clé prioritaires qui englobent tous les aspects de la réduction du risques de catastrophes de façon cohérente. En mars 2015, UNISDR et les gouvernements de la plupart des pays dans le monde lanceront un nouveau cadre pour la réduction du risque de catastrophes, le HFA-2, qui vise à ouvrir la voie aux gouvernements et aux sociétés pour implémenter des mesures concrètes de prévention à la création de nouveaux risques, réduction du niveau des risques existants et renforcement économique et résilience sociale en s’adressant soit aux populations qu’aux biens exposés et vulnérables.

Aléas naturels

Les aléas naturels sont définis par UNISDR comme des processus naturels ou des phénomènes qui peuvent causer la perte de vies, blessures ou autres impacts sur la santé, dommages de propriétés, pertes de moyens de subsistance et services, disfonctionnements sociaux ou économiques ou dégâts environnementaux. Les aléas naturels peuvent être caractérisés par leur amplitude ou intensité, rapidité du déclenchement, durée, et étendue de la zone. Cette section fournit une vue d’ensemble en offrant un résumé des caractéristiques, impact et types de dommages, action d’urgence, mitigation et mesures ultérieures pour les différents types d’aléas naturels.

Zircon - This is a contributing Drupal Theme
Design by WeebPal.